Anthony Hopkins is Richard Nixon

titre original "Nixon"
année de production 1995
réalisation Oliver Stone
scénario Oliver Stone
photographie Robert Richardson
musique John Williams
interprétation Anthony Hopkins, Joan Allen, Bob Hoskins, Ed Harris, Paul Sorvino, James Woods,
  Powers Boothe, Mary Steenburgen, Larry Hagman, David Paymer, Dan Hedaya,
  Saul Rubinek 


Richard Nixon, l'affaire du Watergate et les couvertures du Time magazine des années 70 : cliquer ici.
Richard Nixon, l'affaire du Watergate et les couvertures du New York magazine des années 70 : cliquer ici.

Un parfait chef-d'œuvre (review de Pierre)

Revu récemment ce chef-d'oeuvre, le meilleur film d'Oliver Stone, un des tous meilleurs films des années 90, un très, très grand moment. Une oeuvre universelle, une tragédie humaine, un grand film politique, une galerie de personnages étourdissante, une splendeur et une invention visuelles constantes, un jeu d'acteur (Anthony Hopkins) incroyable. Ce film est vraiment extraordinaire.

Tous les acteurs sont déments. Et il y en a plein. En plus, c'est amusant de voir à quel point Stone a réussi à les faire ressembler aux "originaux". On pourrait faire
tout un photogramme de comparaison entre les personnages réels et leur version dans le film, pour prouver à quel point Stone joue super bien au politics casting. Donc, ils sont tous super : de Joan Allen (Pat Nixon) à James Woods, de Powers Boothe (général Haig) à Bob Hoskins (J. Edgar Hoover), en passant par E.G. Marshall (John Mitchell), J.T. Walsh, Larry "JR" Hagman, Ed Harris et bien sûr Paul Sorvino (Henry Kissinger), c'est une interprétation de très, très haute volée.

Et il y a la musique : discrète dans l'ensemble, mais dont les envolées sont justes grandioses (surtout lors de la réunion avec Mao ainsi qu'à la fin).

Surtout, c'est un film hyper émouvant, qui - au travers d'un destin hors du commun - parle de thèmes universels : le mensonge, la trahison, l'ambition, la solitude. Il y a de superbes memorable quotes, là-dedans :
- de Nixon dans son speech final : "Only when you've been in the deepest valley, can you ever know how magnificent it is on top of the highest mountain."
- de Mao à Nixon : "The real war is in us. History is a symptom of our disease."
- de Nixon au général Haig (Powers Boothe), qui lui demande de remettre ses fameuses bandes à la justice : "You can't break, my boy. Even though it's ended. You can't admit, even to yourself, when it's gone. Do you think those P.O.W.s in there did ? Well, a man doesn't cry. I don't cry. You don't cry. You fight."

Je cherche encore un quelconque défaut. En fait, y en a pas.



Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

On ne peut contester les talents de metteur en scène et de scénariste d'Oliver Stone, mais son manque d'objectivité éclate dans cette biographie de Nixon qui se transforme en réquisitoire.

De plus, on éprouve toujours une certaine gêne devant des contemporains dont le physique nous est bien connu et qu'interprète un acteur. Malgré tous ses efforts, Hopkins n'est pas Nixon.

Stone affirme qu'il est "un dramaturge dont les films parlent de personnages plongés dans l'Histoire et confrontés à des événements importants. Mes personnages sont en crise... Ce sont eux qui me permettent de poser des questions sur l'histoire américaine." Mais aussi d'y apporter des réponses fondées sur des a priori.

Sans défendre ici Richard Nixon, qui fut loin d'être un saint, on peut déplorer le ton trop polémique de ce film, pamphlet plus qu'oeuvre historique.
 

Retour à l'accueil

Movie Must Move

Loading

Pistes de lecture

Pistes de lecture 90's

Dossiers Hollywoodland 90's

Fantastique et science-fiction


Musique

Récompenses

Derrière l'écran



 Un film n'est pas seulement une histoire
 que le cinéma vend, mais aussi une culture,
 un pays, un autre type de consommation.
 Cela, les Américains l'ont très bien compris.
 Bertrand Tavernier


• Hollywoodland, mode d'emploi


 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés